LA MAISON DE LA GARE LANCE LE PROJET D'AMÉLIORATION DES... .

LA MAISON DE LA GARE LANCE LE PROJET D'AMÉLIORATION DES CONDITIONS DE VIE DES ENFANTS TALIBÉS, DES ENFANTS VIVANTS DANS LA RUE ET DES ENFANTS EN SITUATION DE VULNÉRABILITÉ...
La maison de la gare de Saint-Louis, en partenariat avec l'Onudc ( Office des Nations Unies contre la drogue et le crime ) organe du secrétariat des nations unies, et la principauté de Monaco, a procédé au lancement officiel du projet d'amélioration des conditions de vie des enfants talibés, des enfants vivants dans la rue et des enfants en situation de vulnérabilité.
Selon Ndeye Diodio Kaloga , secrétaire générale exécutif de la maison de la gare, et coordonnatrice du projet qui va durer 9 mois , l'objectif visé est de retirer les enfants de la rue, les prendre en charge, pour ensuite les réintégrer soit dans leurs familles, ou dans les daraas, avec l'accompagnement des services techniques de l'état comme l'action sociale, l'agence de l'action éducative en milieu ouvert (Aemo) , la cellule nationale de lutte contre la traite des personnes , le développement communautaire, la plateforme pour la promotion et la protection des droits humains (PPDH) ,les autres structures qui font partie intégrante du comité communal de protection de l'enfant ( CDPE ) , et des personnes individuelles qui veulent participer aux activités déroulées par le projet.
" On va former les jeunes à l'apprentissage, en couture, aviculture et agriculture.Nous n'aurons jamais assez de ces genres de projets à Saint-Louis qui fait partie des points de chute de talibés les plus importants au Sénégal , et qui compte plus de daraas. Ces genres de projets nous permettent de soutenir nos activités, d'agir en synergie avec les différents acteurs, de peaufiner des stratégies et détendre nos domaines d'intervention. " a ajouté Ndeye Diodio Kaloga.
Responsable du projet au niveau de l'Onudc du bureau régional à Dakar , Issa Saka s'est réjouit du lancement du projet que sa structure a appuyé , et qui entre dans le cadre de la lutte contre la traite des personnes globalement au Sénégal.
Pour lui , la dimension de la protection des enfants est très importante, et qu'au Sénégal, l'exploitation des enfants appelés talibés, venus d'écoles coraniques par la mendicité est la traite la plus en vue.
" Nous avons un partenariat avec la maison de la gare , le samu social, et l'empire des enfants, pour identifier les enfants, les porter assistance, et les intégrer dans leurs familles. " a t'il assuré.
Mais Issa Saka a précisé que bien qu'il y ait des talibés qui viennent des pays limitrophes notamment la Guinée Bissau , seul 9% des enfants talibés viennent de l'extérieur , et tout le reste, c'est à dire les 81% viennent du Sénégal.
Il a fait savoir que les enfants talibés c'est une tradition au Sénégal depuis très longtemps ,et le but recherché était de les soumettre à la socialisation, leur apprendre l'humilité, mais , la pratique est dévoyée, et certains soi-disant marabouts en tirent profit.
Les statistiques données par le responsable de l'Onudc à Dakar donne froid au dos. Plus de 30000 enfants sont soumis à la mendicité au quotidien à Dakar, ce qui rapporte plus de 5 milliards de frs cfa par an.
Pour ce qui est de Saint-Louis , ce sont 14000 enfants qui sont dans la rue entrain de mendier. Ce qui positionne la vieille ville en deuxième position après la capitale Dakar.
L'exécution par la maison de la gare de ce projet va permettre non seulement de retirer les enfants de la rue , mais également lutter contre toutes formes de négligence, de mise en danger des talibés à Saint-Louis et ses environs. Ce qui participe à éradiquer la mendicité forcée et la traite des enfants et talibés.
BAYE DIAGNE

Commentaires

Publier un commentaire